Russie coupée: « Saint-Patrick » En tant que mosquée, c’est le travail de la Turquie, personne d’interférer

La décision de la Turquie de transformer la cathédrale byzantine d’Istanbul de Sainte-Sophie en mosquée est un travail intérieur d’un pays dans lequel personne ne devrait intervenir. C’est ce qu’a annoncé le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Vershnin, soulignant l’importance du patrimoine culturel mondial, dont la « Sainte-Sophie ».

« Vous savez que cette question a suscité un tollé au pays et à l’étranger. En général, nous acceptons qu’il s’agisse d’une question interne de la Turquie, dans laquelle il est évident que ni nous ni personne d’autre ne devrions intervenir. Dans le même temps, nous notons la valeur du bâtiment comme un objet qui fait partie de la culture et de la civilisation du monde  », a déclaré Versine aux journalistes, cités par les médias russes.

Le 10 juillet, la plus haute juridiction administrative de Turquie (le Conseil d’Etat) a annulé un décret de 1934 du gouvernement, qui a transformé « Hagia Sophia » en musée. Le président turc Recep Tayyip Erdogan a signé un décret selon lequelle le site, construit en 537 comme une cathédrale byzantine, devrait ouvrir ses portes aux prières musulmanes le 24 juillet.

Cette décision a suscité de vives critiques dans le monde entier, de nombreux pays et dirigeants chrétiens critiquant Ankara pour cette décision.

Laisser un commentaire